Le « permis à 1€ par jour »

Offre l’accès à l’inscription d’une formation à la conduite de véhicules de la catégorie automobile (permis B) et moto (permis A)

Permis 1€ par jour


Le permis à 1 €, qu’est-ce que c’est ?

C’est un prêt dont les intérêts sont pris en charge par l’État. Le « permis à 1€ par jour » a été mis en place par l’État, en partenariat avec les établissements prêteurs et les 4500 écoles de conduite partenaires de l’opération, pour aider les jeunes de 15 à 25 ans révolus à financer leurs formations au permis de conduire. Il permet aux jeunes de bénéficier d’une facilité de paiement : le coût total de la formation au permis ne change pas mais l’établissement financier avance l’argent et l’État paie les intérêts.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

Qui peut en bénéficier ?

Les jeunes qui ont entre 15 et 25 ans lors de signature d’un contrat de formation dans une école de conduite partenaire, peu importe leur situation, sous réserve que l’établissement financier accepte le dossier du candidat. Les jeunes bénéficiaires d’une aide publique, qu’elle émane d’une
collectivité locale ou de l’État, peuvent également demander à bénéficier du prêt.

Pourquoi cette opération ?

Le « permis à un euro par jour » permet de répondre à deux objectifs principaux :

Quelles catégories de permis ?

L’opération « permis à 1€ par jour » simplifie l’accès à une inscription à une formation à la conduite de véhicules :

Quels montants de prêt ?

Les jeunes qui n’ont jamais bénéficié de l’opération peuvent, à l’occasion d’une inscription à une formation au permis de conduire, prétendre à un prêt de :

600€ 800€ 1 000€ ou 1 200 €

Lors d’un échec à l’épreuve pratique du permis de conduire, si le candidat a déjà bénéficié de l’opération, il est possible de prétendre à un prêt de 300 € pour financer une formation complémentaire en vue de l’obtention de la même catégorie de permis de conduire.

Comment en bénéficier ?

Le candidat majeur doit directement contracter le prêt avec l’établissement financier.
Pour cela, trois possibilités s’offrent à lui selon ses capacités financières et les discussions engagées avec l’organisme prêteur :

Si le candidat est mineur (dans le cadre de l’apprentissage anticipé de la conduite), ce sont les parents qui empruntent pour le compte du jeune candidat.